planette-mars

Hip-hop planète Mars !

Marseille est l’une des deux capitales du hip hop. Nous zoomons pour vous sur la mémoire collective de la culture urbaine et sur ses manifestations actuelles.

« Je te propose un voyage dans le temps, via planète Marseille…. »


Béton style

Rap et beatbox sont nés à la fin des années 70 et le rap a serpenté de façon souterraine à Marseille avant d’éclater au grand jour et d’abord sur les ondes. Très vite, une petite communauté de marseillais adhèrent, diffusent et nourrissent de leurs créations ce que l’on appelle à l’époque « le mouvement ». Nous n’énumérons pas ici les chemins complexes et tortueux vers la reconnaissance, pas plus que l’on ne livrera un catalogue exhaustif des acteurs dudit mouvement. Nous rap-pelons simplement quelques hauts faits marseillais d’hier et d’aujourd’hui !



Si le rap est une fleur poussée sur le bitume des cités, la culture hip hop marseillaise livre des histoires que l’on croirait chuchotées par le macadam qui s’étend du Vieux-Port aux Quartiers Nord.
En effet, d’emblée les rappeurs, graffeurs, danseurs et dj’s locaux se sont inspirés de leur ville, de l’énergie qu’elle dégage, livrant de véritables tranches de leur quotidien dans l’expression de leur art.
« Ce hip hop qui s’est développé à Marseille, s’est donné Marseille comme sujet privilégié », rappelle Julien Valnet dans M.A.R.S Histoires et légendes du hip-hop marseillais (Wildproject, 2013).

Question lieu d’accueil, l’Affranchi demeure un lieu phare. Nichée au cœur du 11e arrondissement, cette salle de création et de diffusion est un lieu de rencontres depuis 1993, une salle de concerts ouverte aux artistes en devenir comme aux confirmés. Des premiers balbutiements à la reconnaissance, elle accueille toujours ceux qui veulent s’initier jusqu’à leur consécration. Le rappeur Soprano y prépare ses tournées, Dj Djel y donne des cours de Djeeying.
Concernant le beatbox, sa technique complexe a ses adeptes locaux. Citons simplement deux des membres qui composent Under Kontrol (formation de quatre beatboxers français), collectif sacré Champion du Monde de Human Beatbox en 2009 dans la catégorie Équipe. Micflow et Mister Lips, plus connus sous le nom PHM / Pure Human Music, viennent de Marseille. !

L’Affranchi

steet-art2
logo_l-affranchi

La furie et la foi

Qu’il s’agisse des premiers pas esquissés au pied d’un immeuble ou d’escalader les marches des podiums des prestigieuses compétitions internationales de breakdance, Marseille a toujours été une place forte de la danse hip hop.

Les dalles du parvis de l’Opéra ont accueilli quelques décennies de baskets où les jeunes danseurs viennent encore tester « les passes qu’ils avaient élaborées dans leur quartier« . (IAM, Je danse le MIA). Ce morceau de rap hexagonal, peut-être l’un des plus connus du XXe siècle qui commence par ces mots »Dans les années 80, je me souviens des soirées où l’ambiance était chaude et les mecs rentraient… » est une véritable ode à la danse.

steet-hip-hop

La danse, comme l’un des moyens d’expression privilégié du mouvement hip hop

La danse, qui accompagnait les mc’s et les dj’s, à l’heure des débuts du mouvement, où – que ce soit aux USA ou en France – il était impensable d’avoir une scène sans danseurs. Aujourd’hui « La donne a changé, nous sommes de plain-pied dans une ère du rap et non plus dans une ère du hip hop. Les jeunes n’ont plus ni dj’s ni danseurs sur scène. Les chanteurs chantent seuls« , argumente Dj Djel (La Fonky Family).

Mais la danse hip hop a toujours ses adeptes, amateurs ou professionnels, à Marseille. Une expression artistique exigeante, comme en témoigne la qualité des participants du championnat de hip hop breakdance qui s’est déroulé au Dôme le 5 mars dernier. Plus de 100 danseurs internationaux se sont affrontés pour remporter le titre référence sur la scène hip hop internationale.

Brigitte*, danseuse et chorégraphe dans la Cie 13e Cercle, est pionnière en la matière à Marseille. Elle nous rappelle que l’un des deux danseurs marseillais de la Cie Phorm – 2e place au concours international de création chorégraphique Dance Delight  – participant à cette compétition de breakdance, fut un précurseur. Il dansait en 1984 dans l’émission H.I.P H.O.P, la première émission télévisée au monde entièrement dédiée au hip hop, présentée par l’animateur Sydney, sur TF1.

steet-art3

Art de Rue

« Les fleuves de peinture sur les murs ont parfois la couleur des sons que tu vois », s’époumonait Jean-Louis Aubert des Téléphone en 1984, en parlant de New York. (J’irai à New York avec toi). « Paris sous les bombes » haletait quant à lui Joey Starr d’une voix rauque (Paris sous les bombes, NTM, 1995). Marseille n’a rien à envier à ces deux villes car elle fait partie des 5 villes au monde les plus renommées et référencées pour la qualité de son street art.
Graffiti ou street art, les fidèles du dieu aérosol s’en donnent à coeur joie dans les rues de la cité phocéenne. Un art qui a ses codes, ses amateurs, ses stars, ses battles… Et son Histoire.

Aujourd’hui, citons le Street Art Tour du Panier qui a ses adeptes, deux fois par mois, depuis juin 2015. Un artiste graffeur emmène ceux qui le souhaitent faire un tour du street art dans le quartier du Panier, admirer et décoder les fresques colorées et les lettrages joyeusement distendus qui ornent les murs… Avis aux amateurs !

On retiendra que l’envie de s’exprimer, de créer reste le carburant de ceux qui ont mis un tigre dans leur moteur et un micro ou un aérosol dans leur main. Et qu’ils écrivent, debout, à leur manière, une page de l’histoire culturelle marseillaise.

► Tout savoir sur le championnat du monde de hip hop breakdance et suivez le battle en direct avec Snapchat ville-marseille

► Retrouvez les dates, lieux, événements de la culture urbaine marseillaise dans notre agenda

► Sur Facebook et Twitter, on vous rappelle les conseils futés et les infos importantes.
Restez connectés, on pense à vous.

 

Championnat du monde de hip hop breakdance

 

* Ecole de danse et Cie Cré-scene 13.

Photos : © Ares & Bite PM Crew/picture by Zeucat, Seek/ Nhobi, Kadjaman, Gamo