Marseille ville hôte des épreuves de voile olympiques et paralympiques

La Ville de Paris est candidate à l’accueil des Jeux Olympiques de 2024.

Paris ne pouvant accueillir la partie nautique des Jeux Olympiques et Paralympiques, celle-ci sera confiée à une ville d’accueil.
Candidate avec 5 autres villes françaises (Brest, Hyères, La Rochelle, Le Havre et Lorient-Morbihan) à l’organisation des épreuves de voile, Marseille a été désignée (par le Comité National Olympique et la Ville de Paris), comme ville hôte des épreuves de voile en 2024 – si Paris parvient à décrocher le « Graal olympique ».

Les principaux atouts de la candidature

Dans ce dossier, la candidature a bénéficié du soutien des 51 clubs nautiques du département des Bouches du Rhône affiliés à la Fédération Française de Voile, et des 13 000 licenciés en voile du département, de la Communauté Urbaine Marseille Provence Métropole et du Département des Bouches du Rhône.

  • La cité phocéenne dispose d’un savoir-faire internationalement reconnu dans l’accueil et l’organisation de manifestations nautiques.
    S’appuyant sur un mouvement sportif dynamique et professionnel, elle accueille plus de 100 manifestations nautiques par an, allant des régates locales au Tour de France à la Voile, et à de grandes compétitions internationales, telles que :
  • The Race, accueillie à Marseille en 2001,
  • les Jeux mondiaux de la Voile en 2002, organisés au Roucas Blanc,
  • l‘Act 1 de l’America’s Cup, organisé en septembre 2004,
  •  l’Audi Med Cup sur TP 52 accueillie à Marseille durant quatre années consécutives, de 2008 à 2011,
  •  le Marseille One Design, accueilli en 2014 et en septembre 2015 sur des bateaux volants à foil : les  GC 32

 

  • L’ensemble des acteurs du nautisme oeuvre au quotidien, aux côtés de la municipalité, pour que Marseille soit reconnue comme une référence dans l’accueil et l’organisation de compétitions nautiques, et que l’événementiel nautique constitue un vecteur important de développement et d’attractivité de notre territoire.
  • Outre la compétence de ses acteurs locaux, Marseille bénéficie d’un atout naturel inégalé, et reconnu par les plus grands navigateurs et régatiers comme étant l’un des meilleurs au monde : son plan d’eau.
    Grâce à une aérologie favorable et à une configuration de la côte parfaitement orientée par rapport aux vents dominants, la rade de Marseille offre toutes les conditions d’un spectacle sportif de grande qualité, tout en garantissant des conditions tactiques et stratégiques intéressantes pour les compétiteurs.
    Les athlètes de l’Equipe de France ne s’y sont pas trompés. 75 d’entre eux s’entraînent au quotidien sur ce plan d’eau, dans le cadre du Pôle France Voile, et des Pôles Espoir Voile et Kayak que la Ville de Marseille accueille sur le Stade Nautique du Roucas Blanc.
    En proposant aux athlètes de tous les pays de se mesurer au coeur d’un des plus beaux plans d’eau au monde, la Ville de Marseille affirme ainsi son positionnement dans l’accueil d’évènements nautiques d’envergure. ­

Les autres atouts de notre ville

  • l’investissement de Marseille en faveur de l’environnement et du développement durable, dont la concrétisation la plus visible est la création du Parc national des Calanques, 1er Parc national péri-urbain d’Europe, en 2012
  • la facilité d’accès au(x) site(s) des épreuves
  • l’accessibilité de la ville par les dessertes internationales (Thalys, TGV, Grand Port de Marseille, aéroport Marseille Provence)
  • la lisibilité qui pourrait être offerte sur les épreuves depuis les promontoires naturels du littoral
  • la capacité démontrée par Marseille ces dernières années à organiser de grandes manifestations (Capitale européenne de la culture, Capitale européenne du sport), à accueillir de très nombreux spectateurs et à mobiliser la population autour d’évènements fédérateurs.

Concernant le volet économique de ce dossier, il reste à affiner, mais les retours sur de telles épreuves montrent qu’une grande partie des infrastructures est financée par le Comité International Olympique, et que les retombées économiques et sportives d’un tel l’événement se font sentir sur un territoire pendant plus d’une décennie, et sont dans un rapport de plus de 1 à 20 par rapport aux dépenses consenties.

La candidature de Marseille vise à organiser des Jeux respectueux d’un environnement exceptionnel, et d’un patrimoine littoral et paysager remarquable.

Principales échéances à venir

  • Avril/mai 2016 : sélection des villes candidates par la commission exécutive du Comité International Olympique (CIO)
  • Janvier 2017 : date limite pour la remise des dossiers de candidature
  • Février/mars 2017 : visites de la commission d’évaluation
  • Juin 2017 : publication par le CIO du rapport de la commission d’évaluation
  • Septembre 2017: présentation des villes candidates devant la 130e session du CIO à Lima, Pérou et élection de la ville hôte des Jeux Olympiques de 2024.